Pourquoi investir dans les films ?

invest in movies

Investir dans l’industrie du cinéma n’est pas un choix évident. Même si certains films ont des retours sur investissements colossaux, ce n’est pas une règle uniforme. Les investisseurs ont donc, tout autant qu’ils sont, des raisons différentes de s’intéresser au cinéma.

Malgré la crise secteur cinématographique reste relativement à l’abri de la tempête. Le cinéma reste un investissement rentable parce que c’est l’un des meilleurs divertissements qui existe mais aussi un placement relativement assuré, lorsqu’il est pris dans son ensemble.

invest in moviesIl peut arriver que le secteur connaisse un recul, mais pas suffisamment important pour ruiner l’investisseur sous réserve que ce dernier arrive à prévoir les risques. En Europe, la tendance est à la hausse lorsqu’on prend en considération les entrées dans les salles de cinéma. L’on constate donc une hausse de 2012 à 2014.

Le cinéma permet également aux investisseurs de profiter d’un placement diversifié. Beaucoup de personnes choisissent le cinéma pour se divertir en raison de sa facilité d’accès. En plus de cela il y a l’incroyable développement de la technologie qui permet à ce secteur de combler les attentes des spectateurs et de les faire rêver. De plus, dans certains pays, le cinéma bénéficie d’un système d’aide financier proposé par l’État. C’est le cas du Luxembourg.

Ce secteur bénéfice d’une subvention de l’État à travers une taxe prélevée sur chaque entrée. Dans certains pays l’État intervient de façon plus ou moins importante dans le cinéma ce qui apporte plus de sécurité et de stabilité au secteur. En Belgique par exemple, les aides accordées par les pouvoirs publics constituent la principale manne financière du secteur cinématographique. En France le gouvernement encourage l’investissement dans le cinéma en réduisant les impôts y afférant. Toutefois, dans le cas de la France, pour en profiter, le souscripteur doit conserver ses part durant 5 années au moins ; les versements se limitant à 25% du revenu total et à 18.000 euros maximum par an.